François naît à Assise en 1182 (ou fin 1181). Son père Pietro di Bernardone est un riche marchand de drap ; de retour de voyage en France pour le commerce il l’appelle Francesco, le “petit français”. Sa mère Giovanna dite Dame Pica était probablement d’origine provençale ou française.
En 1198, les habitants d’Assise se soulèvent contre les troupes impériales et ils détruisent la citadelle que l’on appelle la Rocca. François a alors 16 ans.

En 1200, il a 18 ans quand le peuple d’Assise se révolte contre le gouvernement des familles nobles qui se réfugient alors à Pérouse, la cité pontificale voisine.
En novembre 1202, après la bataille de Ponte San Giovanni, à Collestrada, où il a combattu, François est fait prisonnier à Pérouse pendant un an. Après l’accord de paix entre le peuple d’Assise et les familles nobles qui rentrent dans la cité, François est libéré mais malade, il lui faudra de longs mois pour retrouver la santé.
En 1205, il a 23 ans et l’espoir d’accomplir des hauts faits militaires (c’est un lecteur passionné des romans de chevalerie), il s’équipe richement et veut rejoindre Gauthier de Brienne, mercenaire du Pape, pour une expédition dans les Pouilles. Arrivé à Spolète, à quelques kms d’Assise, il fait un songe qui l’invite à renoncer à la gloire des armes pour servir le Christ.

De retour à Assise, commence alors une lente conversion. Alors qu’il est en prière devant le crucifix de la chapelle Saint-Damien, François entend une voix lui demandant de « réparer son Église en ruine ». Prenant l’ordre au pied de la lettre, il se rend à la ville voisine de Foligno y vendre des marchandises de son père afin de pouvoir restaurer la vieille chapelle délabrée. Furieux des excentricités de son fils, Pietro Bernardone exige qu’il lui rende des comptes et l’assigne en justice en 1206. François, se réclamant d’un statut de pénitent qui le fait échapper à la justice civile, est alors convoqué par l’évêque d’Assise, Guido 1er. François se consacre alors à la restauration des églises et à la fréquentation des lépreux. “J’exerçais la miséricorde à leur égard, puis j’attendis peu et je sortis du siècle...”, écrira-t-il dans son testament. Après quelques temps deux bourgeois d’Assise, Bernard de Quintavalle et Pierre de Catane se joignent à lui. 

1208, François décide de vivre “selon la forme du saint Evangile”. C’est le début de la prédication itinérante du petit groupe des Pénitents d’Assise qui auraient alors compté douze membres. Il décide, en 1209, de se rendre à Rome pour demander l’approbation du Pape Innocent III. Après un accueil suspicieux, Innocent III approuve oralement la “forme de vie” et les autorise à prêcher partout la pénitence..Le succès de la “fraternité évangélique” est rapide.  

En 1212, il accueille Claire Offreduccio (Claire d’Assise) et il fonde avec elle l’Ordre des Pauvres dames, les Clarisses.

En 1217, après le Chapitre général de Pentecôte, des frères sont envoyés en dehors de l’Italie. François part pour la France, mais il s’arrête à Florence.
En 1219, François part pour l’Orient, avec l’idée de mourir en martyr, visiter les Lieux saints, être présent auprès des « croisés ». A Damiette (Egypte) il rencontre début septembre 1219 le sultan Malik-al-Kamil

En 1220, cinq frères sont martyrisés au Maroc. L’Ordre devient plus institutionnel, un an de noviciat est désormais requis. Il confie la direction de l’Ordre à Pierre de Catane puis à Elie d’Assise.
En 1221, pendant le Chapitre général, il rédige la première Règle des “Frères mineurs”, jugée irrecevable.
En 1222, de passage à Bologne, François crée, à la demande de laïcs, un troisième Ordre appelé aujourd’hui Fraternité franciscaine Séculière.
En février 1223, François se retire dans un ermitage pour reprendre la rédaction de la Règle. Discutée au Chapitre de juin, elle est approuvée par la bulle “Solet annuere” du pape Honorius III. Cette année-là, il célèbre Noël à Greccio, on y voit la première crèche.
En 1224, malade il se retire dans la solitude, il rédige la Règle pour les ermitages. A l’Alverne, il reçoit les stigmates. En 1225, à Fonte Colombo, alors qu’il est aveugle, il rédige le Cantique de Frère Soleil ou Cantique des Créatures qu’il terminera l’année suivante. En 1226, rentré à Assise, il meurt le 4 octobre et enterré à Assise, aujourd’hui le tombeau de la Basilique Saint-François. François fut canonisé en 1228.

BANDE DESSINÉE : Le Poverello de robin en 2014

dernier film : L’AMI – décembre 2016

pour aller plus loin…