STRASBOURG

NOTRE COMMUNAUTÉ

Les franciscains arrivent en Alsace en 1222. Le premier couvent fondé en 1229 (actuelle place Kléber) est fermé en 1525 lorsque Strasbourg passe à la Réforme. En 1888, les franciscains arrivent à Metz. En 1909, c’est à Hohatzenheim que les frères reprennent pied en Alsace depuis la Révolution. En 1928, les frères s’installent à la Robertsau avant leur arrivée en 1934, rue Dotzinger. Aujourd’hui, la communauté de Strasbourg rassemble 9 frères. Les frères exercent des missions telles : aumônier de prison, enseignement et lien avec la Bibliothèque National de Strasbourg (fonds franciscain), accompagnement spirituel, aumônier de l’Hospitalité franciscaine de Lourdes, chapelain de la Chapelle Notre-Dame du Haut à Ronchamp, frères doctorants, formateurs et assistants des fraternités séculières…

Le foyer “Frère Soleil” jouxtant la communauté, a servi jusqu’en 2015 comme foyer d’étudiants. Il fallait le rénover. En relation avec Caritas Alsace, un nouveau projet a germé : en faire une maison d’accueil pour des personnes détenues en fin de peine et celles qui ont obtenu une permission de sortie. Cette structure, appelée « le 30 » existait déjà à Strasbourg, mais dans des locaux mal adaptés. Les résultats très positifs de l’accompagnent mis en œuvre mais également le nombre grandissant de demandes ont incité Caritas Alsace à rechercher un hébergement plus grand. La capacité d’accueil passerait ainsi de cinq à neuf places. Cette perspective a séduit la communauté localement, encouragée par la province des franciscains de France et de Belgique. Les frères se réjouissent que ce lieu privilégié, situé dans un quartier résidentiel, bénéficiant du calme et de beaucoup de verdure, puisse bénéficier à des personnes en voie de réinsertion dans la société, après une période passée en détention. Dans la mesure de leur possibilité, les frères accompagnent l’équipe éducative Caritas et les résidents, par leur présence et leur disponibilité.

messes à la chapelle

A 18H30 du lundi au vendredi, 7H30 le samedi, le dimanche à 10H. Après la messe du 1er mercredi du mois soirée convivale pour faire connaissance, parler, échanger des informations…

La chapelle est ouverte de 7H à 19H. 7H30 : Laudes ; 12H15 : milieu du jour ; 18H15, Vêpres. Le dimanche : 8H : laudes ; 18H45 : Vêpres.

Accueil pour le Sacrement de Réconciliation le mardi et le samedi de 14h30 à 17h45.

où nous trouver ?

3 rue Dotzinger 67000 Strasbourg

Tél. : 03 88 35 25 65

Email : franciscains.strasbourg@wanadoo.fr

Site web : www.franciscains-strasbourg.net

 

” Louez et bénissez mon Seigneur, rendez-lui grâce et servez-le en grande humilité !” saint François d’Assise

Parmi les frères

FR. DOMINIQUE JOLY OFM, AUX MARGES DE LA SOCIÉTÉ

Franc-Comtois d’origine, j’ai fait des études de psychologie à Strasbourg. C’est là que j’ai demandé à entrer chez les franciscains. Après le noviciat à Besançon, j’ai travaillé 5 ans comme psychologue et poursuivi des études de théologie. Comme prêtre, j’ai été aumônier dans le scoutisme, auprès de forains, puis de bateliers. J’ai aussi été en charge de l’animation du sanctuaire Saint-Bonaventure de Lyon. Nommé provincial des franciscains de France-Est et Belgique francophone en 2009, je suis revenu alors à Strasbourg. Lors de l’union de nos deux anciennes provinces, j’ai accepté la proposition de l’évêque de devenir aumônier à la maison d’arrêt de Strasbourg.

Cette mission me conduit aux marges de la société. Le Christ nous envoie, non vers les bien-portants qui n’ont pas besoin de lui, mais vers les malades. Saint François s’est senti appelé vers les  lépreux, les exclus de son temps. Le pape François nous redit l’importance d’aller aux périphéries. « J’étais en prison et vous êtes venus me visiter » (Mt 25, 36). Le trésor des franciscains, c’est la fraternité qui découle de l’Evangile. Je réalise pleinement ma vocation franciscaine dans ce service.

Cette mission a contribué à rapprocher la fraternité de Strasbourg avec le Secours Catholique ; nous nous sommes récemment associés pour créer un foyer de réinsertion de détenus en fin de peine. En parallèle, je suis aussi directeur des pèlerinages franciscains qui se déroulent à Lourdes, Assise ou encore en Terre Sainte.