RESTONS EN COMMUNION

Chers amis, chaque jour de cette Semaine Sainte, nous vous avons invités à lire l’Évangile, à le méditer avec un chant et à l’approfondir avec une réflexion franciscaine.  Nous continuons de prier pour la santé de tous. Très belle fête de Pâques ! Paix et Bien !

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 28,8-15.

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »
Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

Prenons le temps d’écouter ce chant

Par toute la terre il nous envoie témoigner de son amour.
Proclamer son Nom et son Salut,
Dans la force de l’Esprit!
Car nos yeux ont vu et reconnu,
Le Sauveur ressuscité
Le Saint d’Israël, né de Marie,
Fils de Dieu qui donne vie!
Criez de joie, Christ est ressuscité!
Il nous envoie annoncer la vérité!
Criez de joie, brûler de son amour,
Car il est là, avec nous pour toujours!
 
Par sa vie donnée, son sang versé,
Il a racheté nos vies,
Il détruit les portes des enfers,
Il le sauve du péché.
A tout homme il offre le Salut,
Don gratuit de son amour;
Vivons dans sa gloire et sa clarté maintenant et à jamais
Pour porter la joie il nous envoie messagers et de son Salut!
Pauvres serviteur qu’il a choisis, consacrés pour l’annoncer!
Que nos lèvres chante ta bonté la splendeur de son dessin
Gloire à notre Dieu roi tout-puissant éternel est son amour

Par toute la terre (Criez de joie, Christ est ressuscité)

par Communauté de l'Emmanuel

“LES FEMMES ÉTAIENT REMPLIES DE CRAINTE ET D’UNE GRANDE JOIE”

Quelle étonnante et douloureuse semaine sainte venons nous de vivre ! Étonnante, en raison du confinement lié au Covid 19 qui nous a empêchés de nous rassembler, de façon tangible, pour vivre le triduum pascal, de partager le pain et le vin eucharistiques, de signifier notre service mutuel par le lavement des pieds, de cheminer ensemble à la suite du Christ portant sa croix, de nous saluer par un geste de paix et aussi, de chanter en choeur le joyeux alleluia de la résurrection : tout cela, nous l’avons fait, mais à distance les uns des autres, dans une discrète mais profonde communion de foi et de prière. Pour tous, cette expérience fut nouvelle, dérangeante, étonnante…

Cette semaine sainte fut également douloureuse, plus qu’à l’accoutumée. La méditation de la passion et de  la mort du Christ, le vendredi saint, fut vécue avec une intensité particulière en pensant à tous ceux qui souffrent, à l’hôpital ou chez eux, de maladie et d’isolement, à tous ceux, tels Simon de Cyrène ou Véronique, qui leur viennent en aide. En pensant aussi aux nombreux morts de cette terrible épidémie qui continue de nous menacer tous.

Oui, étonnante et douloureuse semaine que nous venons de vivre, mais qui s’est achevée par le merveilleux message du jour de Pâques : “Christ est ressuscité !”

“Quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, nous relate l’évangile de Matthieu en ce lundi de Pâques, vite elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie et elles coururent porter la nouvelle aux disciples” (Mt 28,8). Remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, ces femmes pouvaient l’être, tant elles étaient à la fois éprouvées par la terrible passion et la mort de leur Seigneur, et soulagées à la prodigieuse annonce de sa résurrection. Ainsi cohabitait en elles un double sentiment, d’effroi au souvenir des récentes épreuves, et de joie à l’annonce de la résurrection de leur maître. N’est ce pas un même double sentiment qui est ressenti par chacun de nous aujourd’hui ?

“Vite, nous dit ensuite l’évangile, les femmes coururent porter aux disciples la nouvelle de la résurrection.” Ce double sentiment des femmes ne les a pas paralysées. La peur fut dépassée et c’est avec empressement et joie qu’elles portèrent l’heureuse nouvelle.

Cette bonne nouvelle nous pousse, nous aussi, à la confiance, à l’action et au partage. Nous avons été éprouvés et nous le sommes encore. Mais la résurrection du Christ nous a sortis de l’obscurité de la mort et du non sens. Relevons nous, luttons, partageons, vivons davantage les uns avec les autres, les uns pour les autres : Christ est ressuscité, Alléluia !

Fr Jean-Pierre Grallet, ofm

en communauté à Bonne Fontaine

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *