RESTONS EN COMMUNION

Chers amis, chaque jour de la Semaine Sainte, nous vous invitons à lire l’Évangile, à le méditer avec un chant et à l’approfondir avec une réflexion franciscaine. Que cette humble initiative nous permette d’être davantage en communion. Très belle montée vers Pâques ! Nous prions pour la santé de tous. Paix et Bien.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 28,1-10.

Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre. Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige. Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts. L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait. Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.” Voilà ce que j’avais à vous dire. » Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

Prenons le temps d’écouter ce chant

Joyeuse Lumière, Splendeur éternelle du Père, Saint et bienheureux, Jésus-Christ.
Venant au coucher du soleil,
Contemplant la lumière du soir, Nous chantons le Père et le Fils Et le Saint-Esprit de Dieu.
Joyeuse Lumière, Splendeur éternelle du Père, Saint et bienheureux, Jésus-Christ.
Nous te chantons Ressuscité
Toi qui surgis des ténèbres du tombeau Etoile du matin, qui devances l’aurore Dont l’éclat resplendit jusqu’au monde nouveau.
Joyeuse Lumière, Splendeur éternelle du Père, Saint et bienheureux, Jésus-Christ.
Reste avec nous, Seigneur, Car déjà le jour baisse, Illumine nos yeux, au soir de cette Pâque, Toi la lumière qui ne connaît pas de couchant.
Joyeuse Lumière, Splendeur éternelle du Père, Saint et bienheureux, Jésus-Christ.
En célébrant ainsi ta gloire, Nous chantons l’amour du Père, Dans la lumière de l’Esprit, Sceau brûlant qui vous unit. 

Joyeuse lumière

par Ensemble vocal l'Alliance, Jean-Laurent Crevel, Bertrand Laguette

silencieux comme les femmes de l’évangile

 Dans la tradition liturgique de l’église romaine, le samedi saint, dans la journée, est un temps vide de célébration, pour laisser la communauté chrétienne demeurer silencieuse comme les femmes de l’évangile, devant le tombeau où repose le corps du Christ. Elles compatissaient à la souffrance de Marie, méditaient en leur cœur ce qu’elles avaient vécu depuis l’entrée joyeuse de Jésus à  Jérusalem, puis les angoisses de l’arrestation, l’ignoble procès, les humiliations et les souffrances subies par Jésus,  tandis que la foule des pèlerins célébrait la Pâque rituelle des Juifs. Elles étaient probablement accablées, déçues, désespérées, tandis que les apôtres se cachaient, dans la crainte d’être recherchés comme complice du Galiléen. On doit penser que Marie, malgré son atroce souffrance, conserve au cœur une lueur d’espérance, une révélation intime qui lui dit que tout n’est pas fini et qu’elle attend, sans pouvoir encore l’imaginer, une manifestation éclatante de la puissance divine. Jésus n’avait-il pas tenu des paroles mystérieuses sur sa mort…et ce qui s’ensuivrait ?

La Vigile pascale appartient déjà à la célébration de la Résurrection du Sauveur : le dessein de Dieu nous y rappelé par les lectures de l’Écriture. Le Baptême y est célébré comme la porte de notre Salut et le rappel des engagements que nous avons pris de suivre le Christ.  Après les épreuves de la Passion, s’élève la joie de la Résurrection. Alléluia ! Christ est vivant !

Privés des célébrations, par le confinement, et le deuil que nous éprouvons avec tous ceux qui souffrent de cette pandémie : deuil, maladies, appauvrissement, précarité, nous partageons toutes les souffrances du monde présent et prions notre Père des Cieux de manifester sa puissance de vie et de résurrection. Qu’il nous donne la force de dépasser nos souffrances d’être présents et secourables auprès des plus touchés par le fléau ; qu’il maintienne en nos cœurs l’espérance chrétienne de voir déboucher tous nos maux vers une vie nouvelle et bienheureuse, pleinement associée au triomphe du Ressuscité.

Fr. Luc Mathieu, ofm

en communauté à Paris

1 Commentaire

  1. Hoffmann

    Merci frère Luc, en ce temps de confinement : d’ouvrir nos cœurs à un surcroit de solidarité opérant par une charité ardente et décuplée à l’égard des plus blessés de la vie !

    Puissent-ils, en ce nouveau Temps Pascal qui s’ouvre : nous aider à grandir à l’image du Christ pauvre, en sagesse(s) et en grâces sous le regard de “notre Très Haut et bon Seigneur”, maître de l’histoire ! (Lc 2, 52).

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *