J’AI PU DÉCOUVRIR UN ENGAGEMENT CONCRET DES FRANCISCAINS À TRAVERS LE MONDE

Luc Durbec a 22 ans et vient de rejoindre Paris. Ce jeune marseillais, diplômé en Histoire à l’Université d’Aix-Marseille vient d’effectuer un stage au sein de l’ONG Franciscans International à Genève. Il nous partage les missions de cette association franciscaine…

Je pense qu’il est important de préciser d’emblée que, si mes parents sont engagés de longue date dans la Fraternité Franciscaine Séculière, j’ai toujours été un peu « en retrait » par rapport à la religion. L’engagement de mes parents m’a fait côtoyer depuis tout jeune la famille franciscaine et j’ai donc une certaine familiarité avec les valeurs de François comme la justice, la simplicité, la compassion et la solidarité.

En 2018, pendant ma licence d’Histoire, j’ai décidé d’orienter mes études vers les relations internationales et j’ai commencé à chercher des stages dans ce domaine. Un ami, le frère Batitte Mercatbide, m’a conseillé de faire une demande auprès de Franciscans International, une ONG basée à Genève. Elle se consacre à la défense des droits de l’homme et de l’environnement auprès des Nations Unies. J’ai donc contacté le frère Markus Heinze, directeur exécutif de Franciscans International, qui a accepté de m’accueillir pendant un mois à Genève.

Pendant mon stage, j’ai pu traduire, relire et mettre en page des outils de formation et autres documents sur le sujet des droits de l’Homme (les élections République Démocratique du Congo par exemple) et le développement durable. J’ai aussi aidé à l’élaboration d’une lettre d’allégation – c’est-à-dire destinée à des rapporteurs spéciaux de l’ONU – sur la violation des droits humains dont l’infanticide rituel d’enfants accusés de « sorcellerie » au Bénin.

AUPRÈS DES COMMUNAUTÉS LOCALES

Dans le nord du Bénin, certains nouveau-nés sont considérés comme « sorciers » par rapport aux conditions jugées anormales de leur naissance (ex : une position anormale lors de l’accouchement, mère morte en couche, etc.) ou en raison de certains signes particuliers (épilepsie, malformations, etc.). La tradition et le manque d’éducation mènent certaines populations à considérer que l’enfant représente une malédiction pour sa famille et sa communauté. Ces derniers, victimes de discriminations, peuvent être ostracisés, « recyclés » (passage chez un « spécialiste » qui serait capable d’exorciser ou d’atténuer le mal qu’abrite l’enfant), abandonnés, forcés de fuir, voire victimes de violences pouvant entraîner la mort.

Durant mon stage, j’ai pu découvrir un engagement concret des franciscains à travers le monde. L’ONG Franciscains-Bénin a notamment fourni – en coopération avec l’UNICEF et l’Ambassade de France au Bénin – une étude sur laquelle est basée cette lettre d’allégation. Franciscains-Bénin poursuit des campagnes de sensibilisation et de formation auprès des communautés concernées. Sous la pression répétée de l’ONU, le Bénin a adopté un nouveau Code de l’enfant en décembre 2015. Ce nouveau Code mentionne notamment l’infanticide rituel, comme le réclamaient Franciscans International et ses partenaires depuis des années.

Mais Franciscans International est à l’œuvre partout dans le monde et sur bien des thématiques comme aux Philippines avec des sœurs franciscaines pour la protection des droits de populations indigènes, menacées par l’extraction de sable noir (conséquences sur les récoltes, la qualité de l’eau, etc.). En 2014, le gouvernement philippin a interdit l’extraction de sable noir dans la région tout en demandant aux compagnies minières de réhabiliter la région.

Cette expérience professionnelle a été précieuse mais fut avant tout une excellente expérience personnelle. Le fait de pouvoir aider une ONG de défense des droits de l’Homme, d’aller assister à des réunions au Palais des Nations, de rencontrer des personnes extraordinaires, très accueillantes et chaleureuses m’ont permis rapidement de me sentir à l’aise et utile.

Luc DURBEC

Franciscans International est à l’œuvre partout dans le monde.”

Luc DURBEC