Qui est frère Eloi LECLERC que cite le PAPE FRANçois ?

“François ne faisait pas de guerre dialectique en imposant des doctrines, mais il communiquait l’amour de Dieu. Il avait compris que « Dieu est Amour [et que] celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu » (1Jn 4, 16). Ainsi, il a été un père fécond qui a réveillé le rêve d’une société fraternelle, car « seul l’homme qui accepte de rejoindre d’autres êtres dans leur mouvement propre, non pour les retenir à soi, mais pour les aider à devenir un peu plus eux-mêmes, devient réellement père »”. Encyclique Fratelli tutti – 3 octobre 2020. Dans ce court extrait le Pape François cite Fr. Eloi Leclerc, franciscain français, auteur du best-seller Sagesse d’un Pauvre. Que savez-vous de Fr. Eloi ?

Frère Eloi, Henri Leclerc, est né à Landerneau, Finistère, le 24 juin 1921, dans une famille chrétienne qui comptera 15 enfants, dont deux décédés en bas âge.  Plusieurs furent religieux ou religieuses en divers Instituts. Il entra au Noviciat franciscain d’Amiens en septembre 1939, Il séjourna ensuite à Carrières-sous-Poissy, Champfleury pour ses études cléricales  qui furent interrompues, en juillet 1943, par le STO, service du Travail obligatoire, qui se passa d’abord à Achères, gare de Triage, comme caleur de wagon, avec 15 autres frères, puis se continua en déportation en Allemagne, à la gare de Cologne, toujours en compagnie de son frère Christophe et de dix autres frères.  Outre ce travail professionnel, les frères franciscains organisèrent une animation chrétienne et apostolique auprès des milliers de jeunes ouvriers français déportés pour le STO, dans la région de Cologne-Rhénanie.

Le 13 juillet 1944,  les douze frères franciscains et des dizaines de militants furent arrêtés par la Gestapo, sur dénonciation et à la suite d’un décret interdisant toute activité apostolique auprès des travailleurs déportés. Ils furent emprisonnés, certains torturés, puis jugés et condamnés à l’internement dans des camps de travaux forcés, accablés d’humiliation quotidienne, de misère et de faim où beaucoup de prisonniers mourraient de faim, de maladie, d’épuisement ou d’exécutions sommaires.  Quatre frères y moururent en martyrs.

Le 7 avril 1945, devant l’approche des armées alliées, frère Eloi fit partie du « train de la mort », pour l’évacuation vers Dachau., avec des centaines de prisonniers dont beaucoup moururent durant l’errance sans fin de ce train ? Frère Eloi assista à l’agonie et à la mort du frère Louis Paraire, assisté par quatre frères franciscains qui chantaient le cantique des créatures.

Rapatrié en France, en 1945,  frère Eloi rejoint le scolasticat de théologie de Champfleury, pour reprendre et achever ses études de théologie. Il fit profession solennelle le 4 octobre 1946, et reçut l’ordination sacerdotale le 26 juillet 1948, dans la collégiale de Poissy.

De 1949 à 1951, études supérieures à l’Institut catholique de Paris.

A partir de 1952, jusqu’en 1985, il enseigna la Philosophie en divers lieux :, aux scolasticats de Mons-en-Baroeul, puis de Metz. De 1968 à 1982, au Collège franciscain de Phalsbourg,

De 1983 à 1986, il résida dans l’ermitage de Bonne-Fontaine, où il se consacra davantage à l’écriture de livres de spiritualité, de méditations évangéliques et de réflexions philosophiques.

En 1988, il rejoignit le couvent de Rennes où il continua son ministère d’écriture d’ouvrages très appréciés, et donna de sessions de formation ou des retraites auprès de prêtres ou de religieux. il fut admis en 1999 dans la maison des Petites sœurs des Pauvres de Saint-Malo, où Il y continuait la publication d’ouvrages de spiritualité franciscaine et écrivit la vie de sainte Jeanne Jugan fondatrice des Petites sœurs des Pauvres.

C’est là qu’il décéda au matin du 13 mai 2016, dans sa 95e année. Frère Eloi Leclerc fut un auteur apprécié d’une trentaine d’ouvrages, dont le premier  « Sagesse d’un Pauvre » lui assura une renommée universelle, car l’ouvrage fut traduit en 18 langues et fut constamment réédité. Il publia ensuite en 1962, Exil et Tendresse, EF, puis un grand nombre d’ouvrages de spiritualité et de méditations évangéliques, plus quelques articles et interview, jusqu’à la dernière année de sa vie.

C’était un homme de foi et d’une spiritualité profonde, très attentif aux mutations des mentalités et soucieux d’apporter  ses contemporains le témoignage d’une vraie vie évangélique.

Ci-dessous :  Bibliographie d’Eloi Leclerc

  • 1959, Sagesse d’un Pauvre, Editions Franciscaines (EF)
  • 1962, Exil et Tendresse, EF
  • 1970, Le Cantique des créatures ou les Symboles de l’union, Fayard, puis EF en 2014
  • 1976, Le Peuple de Dieu dans la nuit, EF
  • 1976, Le Chant des Sources
  • 1987, Le Royaume caché
  • 1990, François d’Assise, le Retour à l’Évangile
  • 1991, Dieu plus grand, Desclée de Br.
  • 1991, Le Cantique des créatures, une lecture de saint François d’Assise, Desclée de Br.
  • 1993, Rencontre d’immensités. Une lecture de Blaise Pascal
  • 1995, Chemin de contemplation, Desclee de Br.
  • 1998, Le Maître du désir, une lecture de l’évangile de Jean.
  • 1984, Matthias Grunenwald, La nuit est ma Lumière
  • 2001, Chagall, un vitrail pour la Paix
  • 2003, Pâques en Galilée.
  • 2006, Le Père immense
  • 2006, François, l’humilité radieuse, Desclée de Br.
  • 2007, Le Soleil se lève sur Assise
  • 2009, Sainte Jeanne Jugan, tendresse de Dieu pour la Terre.
  • 2009, Le Royaume de Dieu révélé aux petits, Desclée de Br.
  • 2010, Saint François d’Assise (ed. le Livre ouvert)
  • 2012, Noël de saint François
  • 2013, Un maître à prier, François d’Assise, EF
  • 2013, François d’Assise, de la Croix à la gloire, EF
  • 2015, La Fraternité en héritage, EF