“je me sens plus proche d’eux ainsi que de leur mode de vie”

Je m’appelle Armelle, j’ai 25 ans et je vis à Besançon où je suis arrivée il y a 6 ans pour mes études d’orthophonie. Aujourd’hui mes études sont finies, je travaille en institution à Dole. Je ne connaissais pas du tout la communauté franciscaine avant de venir à Besançon, c’est une amie qui m’a d’abord convié aux messes du dimanche puis…ce fut l’aventure ! Et elle a bien eu raison !

Comment as-tu connu la mission Togo ?

Je connaissais un peu la communauté franciscaine de Besançon car j’aimais aller de temps en temps à la messe qu’ils célèbrent le dimanche. C’est là que je suis tombée sur un flyer mettant en avant la mission Togo. J’en ai parlé à deux amies et nous avons décidé de nous lancer ensemble dans cette aventure. Au départ, l’Afrique n’était pas le premier continent que j’envisageais de visiter mais cette occasion est comme « tombée du ciel »…et je ne regrette pas une seconde ce choix !

Pourquoi voulais-tu y aller ?

En premier lieu, je cherchais l’aventure dans un univers dépaysant, très différent de ce que je connais. J’ai également eu envie de partir à la rencontre de nouvelles cultures, de partager, d’échanger. Enfin, je cherchais à approfondir ma foi et découvrir la spiritualité franciscaine.

Qu’as-tu découvert sur les frères franciscains ?

Nous avons été particulièrement étonnés par la vision des gens sur les prêtres, les frères et les sœurs. Tout le monde se montrait extrêmement respectueux auprès des religieux, et ils étaient bien accueillis partout où ils allaient. Se montrer en bure, par exemple, pouvait faciliter certaines démarches. Ce rapport aux gens et à l’habit m’ont marquée.

Une rencontre marquante de ta mission au Togo ?

Des jeunes Togolaises nous ont accompagnés durant notre parcours. L’une d’entre elles, en particulier, m’a touchée par sa foi forte et confiante ainsi que sa joie rayonnante. Cette jeune, qui est rapidement devenue une amie, resplendissait de joie et de bienveillance envers tous.

Au retour, vous avez beaucoup travaillé sur le montage d’une vidéo, un moment de joie ou de difficulté ?

Nous avons monté une vidéo reportage* de notre aventure togolaise. Ce projet a été difficile dans la minutie qu’il a demandée, ce qui l’a rendu lent et chronophage. Pourtant, le jeu en valait la chandelle : revoir des vidéos prises sur le vif nous a replongés dans notre voyage ravivant des émotions fortes comme les moments de fraternité quotidienne.

Qu’est ce qui a changé dans ta relation aux frères depuis ton retour ?

Nous avons vécu des moments forts avec Fr. Alexis et Fr. Jacques, les deux frères qui nous ont accompagnés dans ce voyage. Cette amitié qui est née perdure. J’aime rendre visite aux frères, pour la messe dominicale ou d’autres raisons. D’une manière générale et parce que nous avons « vécu ensemble », je me sens plus proche d’eux, ainsi que de leur mode de vie. Mon aventure togolaise m’a ainsi confortée dans mon intérêt pour la spiritualité franciscaine.

*Vous pouvez visionner ce reportage en ligne sur : www.chapelledesbuis.org/aventure-franciscaine-mission-togo-2018/

Armelle DE BOUTRAIT

“Mon aventure togolaise m’a ainsi confortée dans mon intérêt pour la spiritualité franciscaine.”

Armelle DE BOUTRAIT