Texte à méditer :   Loué sois-tu mon Seigneur, avec toutes tes créatures !   saint François d'Assise
 
Vous êtes ici :   Accueil » Ceferino Gimenez Malla, bx, 1861-1936
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Les Franciscains de France Belgique vous souhaitent la bienvenue !
Calendrier
Frères
Maisons
 ↑  
Services
 ↑  
Encyclopédie
Visites

 859102 visiteurs

 77 visiteurs en ligne

Ceferino Gimenez Malla (bienheureux)

Laïc du Tiers-Ordre de saint François, martyr de la Révolution espagnole, Ceferino Gimenez Malla est le premier fils du Peuple Gitan dont la sainteté est reconnue solennellement par la sainte Église, ainsi que l’héroïcité de ses vertus et le martyre pour la Foi.


Ceferino naquit à Fraga (Huesca) (Espagne), le 26 août 1861. Il devint éleveur et marchand de chevaux et réussit dans ses affaires. Il avait épousé Teresa Gimenez Castro, après avoir vécu un certain temps avec elle. Il ne put avoir d’enfants, mais adopta Pepita, la nièce de son épouse. Très pieux, il rejoignit le Tiers-Ordre de saint François. En devenant progressivement un vrai serviteur de Dieu et de ses frères. Dans sa nation, on l’appelait « El Pele ». Il s’efforçait d’apaiser les conflits : il sera reconnu comme “celui qui rétablit la paix”, “l’avocat des pauvres”, “le défenseur des Gitans”. Il acquit la sagesse et la connaissance des choses de Dieu. L’évêque de son diocèse de Barbarastro, Mgr Florentino Barroso l'avait en grande estime et amitié et recourrait parfois à ses conseils.

Ceferino était analphabète, il connut la prison pour des soupçons mensongers, mais fut reconnu innocent. Il vécut, ses dernières années dans une grande pauvreté. Mais il était riche dans la charité qu’il témoignait aux pauvres, pour les aimer et les secourir. Beaucoup d’épisodes témoignent de son empressement à secourir la misère des autres, même en se privant du strict nécessaire. Pauvre, mais riche en vertus. Humble, mais d’une grande foi alimentée par la pratique assidue des sacrements et de la prière. Dans ses dernières années, il assistait presque quotidiennement à la sainte Messe et y communiait. Il priait et invitait sa famille, ses amis et même des étrangers à prier. Il ne quittait jamais son rosaire, ayant une tendre dévotion pour la Vierge Marie. C’est d'ailleurs le rosaire à la main qu’il s’écria fortement « Vive le Christ-Roi ! » lorsqu’il subit le martyre. Il avait été arrêté pour avoir pris la défense d’un jeune prêtre détenu par un groupe de militants communistes. C’était le 19 ou le 25 Juillet 1936. En prison, il n’avait cessé de prier. Un ami anarchiste, membre influent du parti communiste était venu lui offrir la liberté en échange de ne faire aucune démonstration de sa foi, et de cacher son rosaire. Sans aucune hésitation, Ceferino refusa cette offre, au prix qui lui était demandé, et affronta sereinement et joyeusement le sacrifice suprême. Il avait 75 ans. Il fut fusillé dans le cimetière de Barbarastro, probablement le 2 août de cette année 1936, précédant de peu son ami, l’évêque Florentino.

Il a été béatifié par Jean-Paul II, le 4 mai 1997, sur la Place Saint-Pierre. Le Pape Jean-Paul II, recevant un groupe de Gitans français leur déclara que « Ceferino était un Gitan admirable par la sagesse et le sérieux de sa vie d’homme et de chrétien », et encore « un bel exemple de fidélité dans la foi pour tous les chrétiens, surtout pour vous, les Gitans, qui êtes proches de lui par la nationalité et la culture." Sa fête est fixée au 4 août.


Date de création : 02/08/2016 @ 18:41
Catégorie : Encyclopédie - Personnes-C-D
Page lue 4001 fois


Accès Intranet

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 23 membres
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
41 Abonnés
Nous aider ?

Différentes possibilités s’offrent à vous  pour soutenir et aider la vie et la mission des frères :

- tout d’abord le soutien fraternel auprès des frères et de nos communautés,
- l’accompagnement dans la prière, en vous joignant aux offices des frères  célébrés dans leur chapelle ou oratoire
- la participation aux activités proposées par les communautés,
- la proximité avec la spiritualité franciscaine…

Il est également possible d’aider financièrement la Province Franciscaine du bienheureux Jean Duns Scot, 7 rue Marie Rose, 75014 Paris

Pour cela 2 propositions :

- aider les activités humanitaires des frères, ici et en pays de mission, en versant votre offrande à Fondation François d'Assise.

La Fondation qui soutient les actions de la Famille Franciscaine engagée dans la luttre contre la pauvreté et l'injustice vient d'adresser son appel à la générosité d'avril 2017. Vous pouvez télécharger l'appel et apporter ainsi votre pierre à l'édifice d'un monde plus fraternel !

- aider les activités missionnaires, ainsi que les religieux âgés pour leur permettre de vivre paisiblement le temps de la retraite, en versant vos dons à Franciscains-Solidarité et Services