Texte à méditer :   Loué sois-tu mon Seigneur, avec toutes tes créatures !   saint François d'Assise
 
Vous êtes ici :   Accueil » François Solano, st, 1549-1610
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Les Franciscains de France Belgique vous souhaitent la bienvenue !
Calendrier
Frères
Maisons
 ↑  
Services
Encyclopédie
Visites

 669166 visiteurs

 39 visiteurs en ligne

Saint François Solano, 1549-1610

François est né en Espagne, à Montilla, dans le diocèse de Cordoue, le 10 Mars 1549, dans une famille remarquable par sa piété.

Après des études classiques chez les Père Jésuites, il entra au Noviciat des Franciscains de l’Observance, dans une maison de récollection établie à l’initiative du Ministre général Francisco de Quiñones (1523-1527). Il accomplit à Séville ses années de formation au presbytérat. Ordonné prêtre en 1576, il fut nommé aussitôt Maître des novices. Ensuite, gardien du couvent de Sierra Morena, il se fit remarquer par son dévouement lors d’une épidémie de la peste, pour soigner les malades et les mourants, mais aussi par son zèle de prédicateur, spécialement tourné vers les pauvres et les prisonniers.

Approchant de la quarantaine, il demanda d’être envoyé en mission, de préférence vers l’Afrique, mais ses supérieurs le désignèrent pour l’Amérique du Sud. En 1589, il traversa l’Atlantique, avec quelques compagnons et débarqua à Carthagène, en Colombie. De là il rejoignit, à pied, l’Isthme de Panama, qu’il traversa pour s’embarquer à nouveau vers le sud du Pérou. Son navire fit naufrage et s’échoua sur une île du Pacifique où lui et ses compagnons furent sauvés par un autre navire qui les conduisit à Païta, au Pérou, d’où il rejoignit Lima.

Le custode de la mission l’envoya au Tucuman, vaste région peu évangélisée, recouvrant le Nord de l’Argentine, la Bolivie et le Sud du Pérou. Il y déploya un ministère extraordinaire d’évangélisation, en commençant par apprendre, avec succès et en très peu de temps, plusieurs des langues indiennes. Il illustrait sa prédication de chants religieux, en s’accompagnant sur une sorte de violon qu’il avait fabriqué lui-même. Nommé custode de la mission du Tucuman et donc responsable des divers couvents qu’il avait fondés, il était vénéré des Indiens dont il prenait la défense, face aux exactions des colons espagnols. En 1595, il fut nommé gardien du grand couvent franciscain de Lima et continua son ministère de prédication, n’hésitant pas à reprocher aux colons leur mauvaise conduite, en les menaçant même du châtiment du ciel. Il leur annonça la destruction partielle de la ville de Truxillo par un tremblement de terre, ce qui se produisit effectivement huit années plus tard, mais François Solano était déjà mort.

En effet, il tomba malade, usé par les labeurs apostoliques, et passa deux années à l’infirmerie du couvent, édifiant ses compagnons par sa prière continuelle et sa patience dans de grandes souffrances. Il mourut à Lima le 14 juillet 1610. Un jésuite, le P. Sebastiani prêcha à ses obsèques et dit : « La Divine Providence a choisi le Père François Solano pour être l’espérance et l’édification de tout le Pérou, l’exemple et la gloire de Lima et la splendeur de l’Ordre Séraphique ».

Clément X le déclara bienheureux, en 1675, et Benoît XIII le canonisa en 1726. De nombreuses paroisses, communautés religieuses, écoles, associations diverses se sont mises sous son patronage, dans tout le Nouveau Monde, depuis le Canada, les USA, jusqu’au Chili.


Date de création : 03/07/2016 @ 10:21
Catégorie : Encyclopédie - Personnes-E-F
Page lue 2810 fois


Accès Intranet

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 22 membres
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
39 Abonnés
Nous aider ?

Différentes possibilités s’offrent à vous  pour soutenir et aider la vie et la mission des frères :

- tout d’abord le soutien fraternel auprès des frères et de nos communautés,
- l’accompagnement dans la prière, en vous joignant aux offices des frères  célébrés dans leur chapelle ou oratoire
- la participation aux activités proposées par les communautés,
- la proximité avec la spiritualité franciscaine…

Il est également possible d’aider financièrement la Province Franciscaine du bienheureux Jean Duns Scot, 7 rue Marie Rose, 75014 Paris

Pour cela 2 propositions :

- aider les activités missionnaires des frères, ici et en pays de mission, en versant votre offrande à Fondation François d'Assise.

La Fondation qui soutient les actions de la Famille Franciscaine engagée dans la luttre contre la pauvreté et l'injustice vient d'adresser son appel à la générosité d'avril 2017. Vous pouvez télécharger l'appel et apporter ainsi votre pierre à l'édifice d'un monde plus fraternel !

- aider les religieux âgés pour leur permettre de vivre paisiblement le temps de la retraite, en versant vos dons à Franciscains-Solidarité et Services