Texte à méditer :   Loué sois-tu mon Seigneur, avec toutes tes créatures !   saint François d'Assise
 
 

Les Franciscains de France Belgique vous souhaitent la bienvenue !

Vous êtes ici :   Accueil » André Bauër, st, 1866-1900
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier
Frères
Maisons
 ↑  
Services
 ↑  
Encyclopédie
Visites

 1135271 visiteurs

 33 visiteurs en ligne

Andre Bauër (Saint), (1866-1900)

Frère mineur franciscain, frère laïc, martyrisé en Chine dans la persécution des Boxers.

 Sa vocation franciscaine et missionnaire

André naquit à Guebviller, en Alsace France, le 26 novembre 1866, dans une famille ouvrière. Il avait deux sœurs et cinq frères. Après l’école, il fut embauché comme jardinier. Très pieux, il découvrit le Tiers-Ordre de saint François et s’y engagea avec joie. L’Ordre franciscain n’avait pas encore été rétabli en Alsace. En 1886, il vint à Paris pour demander son admission chez les Frères mineurs franciscains. Admis comme postulant, il fut aussitôt envoyé en Angleterre, en raison de l’expulsion des religieux français. Mais bientôt, il dût revenir en France pour effectuer son service militaire, durant 3 ans, chez les cuirassés. Passé ce service, il ne rentra pas au couvent car il désirait aider sa famille qui était en grande difficulté, et il reprit son travail de jardinier. Sur les instances de sa mère, il accepta de rentrer au couvent et commença son noviciat à Amiens, le 19 mars 1895 et y fit profession l’année suivante. Il fut envoyé à Paris, comme cuisinier et sacristain, mais il ne devait pas y demeurer longtemps. Ayant assisté au sacre, à Paris, de Mgr François Fogolla, le 24 août 1898, missionnaire en Chine, nommé auxiliaire du Vicaire apostolique du Chan-Si, Mgr st Grégoire Grassi, frère André Bauer demanda et obtint de l’accompagner dans sa mission. Quelques confrères lui reprochèrent de ne pas rejoindre plus tôt les missionnaires français du Chang-tong.-

Il s’embarqua de Marseille, le 12 mars 1899, avec Mgr François Fogolla, dix frères mineurs et quatorze religieuses Franciscaines missionnaires de Marie. Ils arrivèrent le 15 avril à Shang-Haï, et le 4 mai à Taï-yuên-foo. Le jour de la Pentecôte 1899, il prononça ses vœux solennels et écrivit à sa famille sa grande joie d’être consacré et missionnaire.

Le martyre

Dès le mois de novembre 1899, la persécution reprenait, sous l’instigation de sociétés secrètes, dont la principale est connue sous le nom des Boxers. En mai 1900, les chrétiens du Chang-si furent molestés, plusieurs églises détruites. Le 25 juin, Mgr st Grégoire Grassi convoqua ses missionnaires à Tai-yuên-foo, mais les persécuteurs profitèrent de ce rassemblement pour agresser les missionnaires qui furent arrêtés, par petits groupes, puis rassemblés durant quelques jours dans une maison de mandarin, et après un jugement hâtif où on les sommait de renier leur religion, ils furent massacrés les 9 et 10 juillet 1900. Ce groupe de martyrs comprenait 2 évêques, deux prêtres dont le P. Théodoric Balat de la province d’Aquitaine, un frère laïcs : fr. André Bauer, sept Sœurs Franciscaines Missionnaires de Marie et quinze laïcs du Tiers Ordre franciscain. Ils furent béatifiés (avec deux autres prêtres et un évêque martyrs) par Pie XII, en 1946, et canonisés par Jean-Paul II, le 1er octobre 2000.

 Bibliographie

  • L. de Kerval, Deux martyrs français, le RP Théodoric Balat et le Fr André Bauër, massacrés en Chine le 9 juillet 1900.- Paris 1903 (plusieurs éditions).

Date de création : 01/07/2016 @ 14:48
Catégorie : Encyclopédie - Personnes-A-B
Page lue 4907 fois

Vous êtes ici :   Accueil » André Bauër, st, 1866-1900
Accès Intranet

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 25 membres
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
48 Abonnés
Nous aider ?

Différentes possibilités s’offrent à vous  pour soutenir et aider la vie et la mission des frères :

- tout d’abord le soutien fraternel auprès des frères et de nos communautés,
- l’accompagnement dans la prière, en vous joignant aux offices des frères  célébrés dans leur chapelle ou oratoire
- la participation aux activités proposées par les communautés,
- la proximité avec la spiritualité franciscaine…

Il est également possible d’aider financièrement la Province Franciscaine du bienheureux Jean Duns Scot, 7 rue Marie Rose, 75014 Paris

Pour cela 2 propositions :

- aider les activités missionnaires, ainsi que les religieux âgés pour leur permettre de vivre paisiblement le temps de la retraite, en versant vos dons à Franciscains-Solidarité et Services

- aider les activités humanitaires des frères, ici et en pays de mission, en versant votre offrande à Fondation François d'Assise.