Texte à méditer :   Loué sois-tu mon Seigneur, avec toutes tes créatures !   saint François d'Assise
 
Vous êtes ici :   Accueil » Théodoric Balat, st, 1858-1900
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Les Franciscains de France Belgique vous souhaitent la bienvenue !
Calendrier
Frères
Maisons
 ↑  
Services
 ↑  
Encyclopédie
Visites

 868413 visiteurs

 78 visiteurs en ligne

Théodoric Balat ( Saint) (1858-1900)

Frère mineur franciscain, prêtre, de la Province d’Aquitaine, missionnaire en Chine, martyrisé en 1900.

 Sa vie

Théodoric est né à Saint-Martin du Taur, de la commune de l’Isle d’Albi (Tarn, France), le 23 octobre 1858. Son père était forgeron. Il entra à 11 ans dans le petit séminaire de Lavaur où il fit ses études secondaires avec quelques difficultés, mais il était déjà remarqué pour sa piété et sa serviabilité. En 1876, il entra dans le Tiers-Ordre de saint François, puis il fut admis au grand séminaire d’Albi, en 1879. En 1880, il obtint de l’évêque la permission d’entrer au noviciat des Franciscains de la Province d’Aquitaine, à Pau, le 29 juin 1880, à la veille du décret d’expulsion des religieux de France. Le couvent fut évacué avec violence par l’armée, malgré la présence de nombreux notables et des fidèles protestant contre les expulsions. Le noviciat dut se réfugier en Angleterre, à Taunton. Après ses études de théologie au couvent de Clevedon, Théodoric sollicita son envoi en Chine comme missionnaire apostolique. Il passa quelques temps en France, et fut ordonné prêtre, début août 1884, dans la chapelle du Commissariat de Terre-Sainte des Franciscains de Paris (rue des Fourneaux), puis partit pour Rome et Assise. En raison des conflits armés entre la France et la Chine, il dut attendre une accalmie et fut envoyé en Terre Sainte où il tomba gravement malade et laissa ses compagnons partir en Chine, sans lui. Une fois guéri, il put s’embarquer, de Port-Saïd le 2 octobre 1885 et arriva à Tché-Fou le 11 novembre 1885, mais il n’atteignit sa mission du Chang-Si que le 14 décembre. La mission franciscaine du Chan-Si septentrional était gouverné par Mgr st Grégoire Grassi et son auxiliaire Mgr François Fogolla. Chargé d’un vaste territoire de mission, le frère Théodoric évangélisa avec constance et dans la simplicité, puis on lui confia la charge de directeur du petit séminaire, en 1894, et aumônier des sœurs Franciscaines missionnaires de Marie, mais l’année suivante, il reprit la vie de missionnaire et construisit plusieurs églises et orphelinats.

En 1898, il fut nommé procureur du Vicariat apostolique. Jusqu’en 1899, il poursuivit son œuvre missionnaire malgré de graves soubresauts politiques qui agitaient la Chine. Mais à partir de 1900, des sociétés secrètes se développaient pour chasser les étrangers, dans le contexte des conflits armés entre la Chine et les puissances occidentales, dont la France. Connues sous le nom de « Boxer », ces milices réussirent à soulever une partie de la population et à exiger d’un gouvernement faible la reprise des persécutions contre la « religion des étrangers ».

La correspondance relativement abondante et les témoignages écrits de ses supérieurs religieux et évêques ou de ses confrères, nous décrivent un religieux exemplaire, pieux, zélé, vivant dans une pauvreté et simplicité remarquées. Le frère Théodoric s’attendait à son martyre dans une grande paix et joie intérieure, sans pour autant se dérober aux tâches apostoliques les plus épuisantes, alors qu’il était de santé très fragile.

 Le Martyre

A partir du 28 juin 1900, plusieurs religieux missionnaires, dont le frère Théodoric durent quitter précipitamment la ville de Taï-iuen-fou où ils étaient réunis pour une sorte de chapitre extraordinaire. Mais ils furent bientôt capturés et rassemblés en une résidence surveillée, puis traduits en jugement devant la vice-roi qui les condamna à mort, le 9 juillet 1900 Ils furent décapités, après toutes sortes de violences physiques, tandis que la persécution se poursuivait, les jours suivants, sur les prêtres chinois, les vierges consacrées, les orphelins et les chrétiens de la région. On évalua à environ 2000 le nombre des victimes.

Les Franciscains européens qui subirent le martyre sont Mgr st Grégoire Grassi, Mgr François Fogolla, le frère Élie Facchini, tous trois de la province de Bologne, le frère André Bauër de la province Saint Pierre de France, et sept religieuses Franciscaines missionnaires de Marie. Ils furent béatifiés en octobre 1946, par le Pape Pie XII, et canonisés par Jean-Paul II, le 1 octobre 2000, avec de nombreux autres martyrs de Chine.

Bibliographie

  • L. de Kerval, Deux martyrs français, le RP Théodoric Balat et le Fr André Bauër, massacrés en Chine le 9 juillet 1900.- Paris 1903 (plusieurs éditions).

Date de création : 01/07/2016 @ 13:47
Catégorie : Encyclopédie - Personnes-T-U-V
Page lue 4433 fois


Accès Intranet

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 23 membres
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
41 Abonnés
Nous aider ?

Différentes possibilités s’offrent à vous  pour soutenir et aider la vie et la mission des frères :

- tout d’abord le soutien fraternel auprès des frères et de nos communautés,
- l’accompagnement dans la prière, en vous joignant aux offices des frères  célébrés dans leur chapelle ou oratoire
- la participation aux activités proposées par les communautés,
- la proximité avec la spiritualité franciscaine…

Il est également possible d’aider financièrement la Province Franciscaine du bienheureux Jean Duns Scot, 7 rue Marie Rose, 75014 Paris

Pour cela 2 propositions :

- aider les activités humanitaires des frères, ici et en pays de mission, en versant votre offrande à Fondation François d'Assise.

La Fondation qui soutient les actions de la Famille Franciscaine engagée dans la luttre contre la pauvreté et l'injustice vient d'adresser son appel à la générosité d'avril 2017. Vous pouvez télécharger l'appel et apporter ainsi votre pierre à l'édifice d'un monde plus fraternel !

- aider les activités missionnaires, ainsi que les religieux âgés pour leur permettre de vivre paisiblement le temps de la retraite, en versant vos dons à Franciscains-Solidarité et Services