Les Franciscains de France Belgique vous souhaitent la bienvenue !
Vous êtes ici :   Accueil » Benoît l'Africain, st, 1526-1589
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier
Frères
Evènements

Maisons

 ↑  
Services
Encyclopédie

Benoît l’Africain (saint) - Frère laïc franciscain Récollet, connu sous divers noms : Benoît le More, Benoît l’Ethiopien, Benoît de San Fradello.

Sa Vie (1526-1589)

Benoît naquit en 1526 à San Fradello, près de Messine en Sicile. Il était fils d’esclave yoruba (Ethiopie) d’une famille transférée d’Afrique en Sicile, et donc esclave lui-même. Eduqué chrétiennement par ses parents, il était très pieux et serviable. Son maître l’affranchit et lui confia la garde des troupeaux. Déjà, dans son entourage, on l’appelait « saint More » en raison de son humilité et de sa piété exemplaire. Vers 1550, il rejoignit une communauté d’ermites, fondée par un noble sicilien, Jérôme Lanza, placée sous le patronage de saint François d’Assise. Il succéda au fondateur comme supérieur de la petite communauté. Mais le Pape Pie IV dissout la communauté et proposa aux membres de rejoindre les Frères mineurs Récollets. Ce que fit Benoît qui entra comme frère lai dans un couvent situé près de Palerme. On lui confia la charge de la cuisine, car il ne savait ni lire ni écrire. Il s’y dévoua pleinement et édifia tellement ses frères qu’ils lui confièrent la charge de maître des novices. On conserve le souvenir de nombreux faits extraordinaires qu’on lui attribua, comme si les miracles se multipliaient auprès de lui. Après sa charge il fut de nouveau cuisinier et malgré ses jeûnes et les temps passés en oraison, la cuisine était toujours prête, comme si les anges s’en mêlaient. C’est ce qui arriva lors de la visite de l’évêque du lieu où le vicaire du couvent chercha le cuisinier, absent, en oraison à la chapelle, jusqu’au moment de servir le repas qu’il était censé préparer. Il servait aussi les malades et plusieurs furent guéris à son contact. Il ne quittait pratiquement pas l’oraison et contemplait, de préférence, la passion de Jésus-Christ, et sa présence eucharistique, mais aussi la Vierge immaculée. Il s’adonnait à de lourdes pratiques de pénitence : jeûnes, discipline etc… Il évitait de sortir du couvent durant la journée, car les fidèles l’entouraient pour obtenir des grâces et la promesse de ses prières.
Benoît mourut au couvent de Sainte-Marie de Jésus, près de Palerme et fut inhumé dans le caveau du couvent. Les foules accoururent pour obtenir des faveurs spirituelles et des miracles. On exhuma son corps pour le présenter à la vénération des fidèles. Le sénat de Palerme le déclara patron de la cité. Le pape Benoît XIV le béatifia en 1743. Il fut canonisé par le pape Pie VII, le 24 mai 1807. Son culte est particulièrement développé au Brésil, parmi les saints protecteurs des noirs d’origine africaine et des descendants d’esclaves. Il y figure souvent dans les retables des autels , comme dans l’église Notre-Dame du Rosaire de Salvador de Bahia. Les adeptes des cultes vaudou l’ont intégré à leur panthéon. En 2000, son nom fut donné à une chaire créée par cette ville et par l'Unesco afin de promouvoir le dialogue interculturel et interreligieux.

Bibliographie
Albaret, Pol de Léon, Saint Benoît l’africain, le premier noir canonisé. Editions Franciscaines, Paris, 1964.

extr. wikitau


Date de création : 03/05/2016 @ 21:31
Catégorie : Encyclopédie - Personnes-A-B
Page lue 8837 fois

Devenir membre

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 25 membres
Nous aider ?

Différentes possibilités s’offrent à vous  pour soutenir et aider la vie et la mission des frères :

- tout d’abord le soutien fraternel auprès des frères et de nos communautés,
- l’accompagnement dans la prière, en vous joignant aux offices des frères  célébrés dans leur chapelle ou oratoire
- la participation aux activités proposées par les communautés,
- la proximité avec la spiritualité franciscaine…

Il est également possible d’aider financièrement la Province Franciscaine du bienheureux Jean Duns Scot, 7 rue Marie Rose, 75014 Paris. Pour cela 2 propositions :

- aider les activités missionnaires, ainsi que les religieux âgés pour leur permettre de vivre paisiblement le temps de la retraite, en versant vos dons à Franciscains-Solidarité et Services

- aider les activités humanitaires des frères, ici et en pays de mission, en versant votre offrande à Fondation François d'Assise.